La Passion selon st Jean ou le Jugement du monde

Vient de paraître le 12 mars 2015 : La Passion selon st Jean ou le Jugement du monde, aux éditions Salvator.

couv_passion_4Tout en suivant et commentant, verset après verset, la partie de l’évangile de Jean consacrée à la Passion, Philippe Plet met en exergue les points principaux qui différencient ce 4ème évangile des 3 synoptiques.
Puis, dans une méditation, l’auteur insiste particulièrement sur le procès instruit par Pilate, très détaillé chez Jean. A travers la question centrale de la vérité (« Qu’est-ce que la vérité »), on réalise que ce procès met en valeur le combat des Ténèbres et de la Lumière. Pilate met bel et bien en procès la vérité et la transcendance … Un aspect beaucoup moins développé chez les synoptiques. Philippe Plet achève son étude « avec l’expérience des Saints », en prenant comme découpage thématique le Triduum Pascal.
Enfin, l’auteur conclut son ouvrage par une synthèse critique de la pensée de quelques philosophes et théologiens modernes à propos de la Passion du Christ, qui insistent exclusivement sur « l’abandon » de Jésus par le Père, bien loin de la perspective johannique (unité du Père et du Fils).

Publicités
Publié dans Uncategorized | Tagué , , , | Laisser un commentaire

L’islam et la conquête du monde : l’analyse de Charles de Foucauld

Charles de Foucauld (1858-1916) confie, dans une lettre adressée à son ami l’académicien René Bazin, ce que son expérience de l’islam (de 1888 jusqu’à sa mort) lui a enseigné.

Voici la lettre publiée pour la première fois en 1917 :

Charles de Foucauld_2

« Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les musulmans de notre empire colonial du nord de l’Afrique ne se convertissent pas, il se produira un mouvement nationaliste analogue à celui de la Turquie : une élite intellectuelle se formera dans les grandes villes, instruite à la française, sans avoir l’esprit ni le cœur français, élite qui aura perdu toute foi islamique, mais qui en gardera l’étiquette pour pouvoir par elle influencer les masses ; d’autre part, la masse des nomades et des campagnards restera ignorante, éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français par sa religion, par ses marabouts, par les contacts qu’elle a avec les Français (représentants de l’autorité, colons, commerçants), contacts qui trop souvent ne sont pas propres à nous faire aimer d’elle.

Le sentiment national ou barbaresque s’exaltera dans l’élite instruite : quand elle en trouvera l’occasion, par exemple lors de difficultés de la France au dedans ou au dehors, elle se servira de l’islam comme d’un levier pour soulever la masse ignorante, et cherchera à créer un empire africain musulman indépendant.

 L’empire Nord-Ouest-Africain de la France, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique occidentale française, etc., a 30 millions d’habitants ; il en aura, grâce à la paix, le double dans cinquante ans. Il sera alors en plein progrès matériel, riche, sillonné de chemins de fer, peuplé d’habitants rompus au maniement de nos armes, dont l’élite aura reçu l’instruction dans nos écoles. Si nous n’avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu’ils deviennent Français est qu’ils deviennent chrétiens.

 Il ne s’agit pas de les convertir en un jour ni par force mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, ½uvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.

 Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non.

Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du « Medhi », il n’y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libre-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu’à l’approche du jugement dernier le Medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l’ engage à subir avec calme son épreuve;  » l’oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s’il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération « , disent-ils.

 Ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles.

Mais, d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du Medhi, en lequel ils soumettront la France.

 De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à demander la nationalité française : comment demander à faire partie d’un peuple étranger qu’on sait devoir être infailliblement vaincu et subjugué par le peuple auquel on appartient soi-même ?

 Ce changement de nationalité implique vraiment une sorte d’apostasie, un renoncement à la foi du Medhi… »

 Charles de FOUCAULD

 Medhi = Le Bien-aimé = le Sauveur de l’Islam

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Sortie de la correspondance de Paul de la croix

En mars 2013 est sortie la Correspondance de st Paul de la croix (1694-1775), édition réalisée par le P. Philippe Plet. La traduction a été essentiellement réalisée par sr. Michel Baudry, Anne-Marie et Jean-Louis Picard. L’ouvrage est publié aux éditions Eco.

IMG_0456_2

On peut se procurer l’ouvrage auprès des soeurs Passionistes, Le Bourg, 43170 Venteuges (04.71.77.84.52).

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

La Miviludes s’inquiète de la fin du monde

La Miviludes s’inquiète de la fin du monde

La Mission interministérielle française de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a publié le 15 juin 2011 son rapport annuel dans lequel elle s’inquiète des dangers des discours apocalyptiques prédisant la fin du monde en 2012.

fm7_2

Itv : P. Philippe Plet, vous avez publié en février 2011 aux éditions Salvator un ouvrage intitulé Les grandes énigmes de l’Apocalypse. Que pensez-vous des interprétations fixant à décembre 2012 la fin du monde ?

Ph. Plet : les textes bibliques en général, et l’Apocalypse de st Jean en particulier, ont pour finalité de parler des réalités spirituelles, et non des réalités matérielles en soi. Ainsi les fléaux décrits dans le texte de l’Apocalypse se rapportent-ils à la mise en crise des valeurs immanentes de la Babylone érigée par le Dragon (le Diable) sur la terre. Les cataclysmes cosmiques mis en scène par Jean sont des images à décrypter selon les catégories théologiques de la foi. Le Christ Lui-même a confié à ses disciples que personne ne pourrait jamais connaître la date de la fin du monde matériel, cette heure que seul le Père connaît.

Itv : Il y a tout de même une insistance de st Jean lui-même sur la fin du monde. Comment la conçoit-il ?

Ph. Plet : Les grands cataclysmes décrits par Jean couvrent une longue période d’une narration consacrée au thème du combat spirituel. Cette phase de l’action apocalyptique culmine par la victoire de l’Agneau (le Christ) à Armaguédon. Or, cette première victoire de l’Agneau ouvre une ère de paix de 1000 ans. C’est seulement à l’issue des 1000 ans que le Dragon est délié de l’Abîme, et qu’il est définitivement vaincu. Et c’est alors que Jean situe la fin du monde matériel. On le voit, les fléaux décrits dans la chronologie de l’Apocalypse précèdent de très loin la fin du monde.

Itv : Et comment st Jean décrit-il la fin du monde matériel ?

Ph. Plet : Il le fait d’une manière très sobre, écrivant : « Le ciel et la terre s’enfuirent de devant Sa face (Dieu) sans laisser de traces » (Ap 20,11). La fin du monde proprement dite n’a rien de terrifiant dans son déroulement ; c’est l’histoire humaine dans son ensemble, en revanche, qui est le lieu de toutes les catastrophes !

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Site personnel de l’auteur

Bienvenue sur mon site d’auteur!

Paru le 30 août 2012 : Babel ou le culte du bonheur : la modernité décryptée par l’Apocalypse (ed. Salvator).

Il s’agit d’un essai philosophique et théologique sur le thème de la fin du monde, dont la Babylone de l’Apocalypse de st Jean est le signe avant-coureur. Cette méditation sur la nature de la modernité, et le libéralisme en particulier, veut montrer que nos choix concrets ne sont nullement sans conséquences.

Sommes-nous arrivés à la fin des temps ? Quand le monde achèvera-t-il sa course? Et comment? L’histoire du monde est tissée de « fins » et de « recommencements »; elle est ponctuée de tentatives d’unification du genre humain. Ce n’est pas matériellement qu’il faut comprendre la fin du monde. Ce sont les valeurs « immanentistes », autour desquelles les hommes veulent construire un monde parfait, le monde de Babel, le monde de Babylone, qui engendreront la fin du monde.

De « l’Esprit absolu » de Hegel au « mimétisme » de René Girard, de la Grèce antique au film 2012, en passant par les évangiles et l’Apocalypse, l’auteur nous fait entrer dans ce « monde futur » imaginé et fabriqué par l’homme, et qui deviendra « le futur du monde ». Le « futur du monde » dépend de notre choix. Quel sera-t-il : celui d’une société mondialisée, marchande et hédoniste, uniquement préoccupée du culte du bonheur ? Ou bien celui d’une société éclairée par des valeurs ouvertes à la transcendance ?

Radio Courtoisie : Dans son Libre journal du samedi 29 septembre 2012, de 12h00 à 13h30, Hugues Sérapion reçoit en direct le Père Philippe Plet, religieux de la Congrégation des Passionistes, écrivain, et  Martin Steffens agrégé de philosophie, écrivain, autour du thème :  » L’apocalypse dans l’histoire sainte et dans l’histoire des hommes « 

www.philippe-plet.org/auteur/ressources audio/

Rediffusions : Samedi 16h-17h et Minuit – 01h30

Radio Maria : Falk van Gaver dans son émission « le goût des livres » reçoit le P. Philippe Plet à propos de son dernier livre « Babel et le culte du bonheur ».
Emission retransmise le samedi 17 novembre 2012
Pour l’écouter sur le site de Radio Maria
http://www.radiomaria.fr/?p=3941&cat=48

RCF national : Véronique Alzieu reçoit sur RCF le P. Philippe Plet à propos de son dernier livre « Babel et le culte du bonheur ». Diffusion lundi 17 décembre 2012 à 16h; vendredi 21 décembre à 22h; dimanche 23 décembre à 8h. Il y aura aussi une diffusion sur RCF Lyon le samedi 22 décembre à 18h15. http://www.rcf.fr/radio/rcfnational

RCF Radio Maguelone : Philippe Plet est « L’invité de la semaine » de Jean-Pierre Phaure, sur « RCF Maguelone Hérault ».
. Du lundi 10 décembre au vendredi 14 décembre inclus
. de 12.45 à 13.00
. de 19.15 à 19.30
. Le dimanche, reprise de l’intégrale
. de 17.00 à 18.00
http://www.rcf.fr/radio/rcf34/edito/166134

Radio Notre-Dame : Jeudi 22 novembre 2012 de 9h à 10h, Philippe Plet participera, en compagnie de M. Georges Fenech (député de Lyon 3 et ancien président de la Mivilude), à l’émission d’Alexandre Meyer « La voix est libre ». Le thème de l’émission est celui de la fin du monde, le P. Philippe Plet y étant invité pour son dernier livre « Babel et le culte du bonheur ». L’émission sera réalisée en direct, pouvant être aussi réécoutée sur le site de Radio Notre Dame.   http://radionotredame.net/

RCF Carcassonne : Nathalie de Soos reçoit sur RCF dans l’émission « Conférence » le P. Philippe Plet à propos de son dernier livre « Babel et le culte du bonheur ». Diffusion dimanche 16 décembre 2012 de 17h à 17h45; et le dimanche 23 décembre de 17h à 17h45.

Radio Notre-Dame : Mardi 29 janvier 2013, Chantale Bally reçoit le P. Philippe Plet de 22h à 24h en direct à propos de son dernier livre « Babel et le culte du bonheur ». http://radionotredame.net/emission/ecoute-dans-la-nuit/29-01-2013/

Publié dans accueil | 2 commentaires